A mon père : " J’ai échangé les outils du père par des brosses, de la térébenthine et des tubes à l’huile.

J’ai troqué des chiffons pleins de graisse et de cambouis par d’autres, emplis de couleurs.

Je porte en mon âme son bleu de travail et j’entends, venu de nulle part, le brouhaha des moteurs de mon enfance... "

  

                                                                                                                                                                                                             

                                                                                                                                                                                              

Esteban, au service de la peinture

                                            Photo de Laurence Raoux

 

" La peinture est comme le souffle des dieux.... elle a quelque chose de divin.

Ne pensez-vous pas que les grands maîtres nous inspirent, nous portent et nous élèvent ?! C’est en tous cas, ce que je crois. Mais ne nous y perdons pas car la route est longue, sinueuse et notre oeuvre, s’il devait en être une, doit être la conséquence naturelle du travail… et je sais qu’une vie entière n’y suffira pas.  Souvent il m'arrive de comparer la peinture à l'écriture. Elles

sont toutes deux essentielles, solitaires et semblables. Picasso ne disait-il

pas : " Je peins comme d'autres écrivent leur autobiographie. Mes toiles,

finies ou non, sont les pages de mon journal." Pour le peintre il s'agit de trouver un lieu propice, un de ces endroits magiques où la lumière caresse les toiles et les met en valeur. Il faut se rapprocher du regard de l'autre, qu'il y trouve une certaine résonnance et s'invite dans votre univers. Mimi mon amie me disait : J'ai réussi à aimer la vie et à être heureuse en regardant toujours le bon côté des choses et des gens... le côté lumineux."

Il en va de même pour ma peinture."

Esteban

                                                                                                                                    

Avant-propos

Il s'agit de vous faire partager une passion, un univers. Terminés, ou en cours, les tableaux vous sont présentés. C'est notamment pour ces raisons que ce site est en perpétuel mouvement !

 

Possibilité de rencontrer l'artiste dans son atelier, sur rendez-vous.

 

   

Brève biographie

Esteban est né le 8 mars 1966 à Nîmes.

Du pays de ses ancêtres, l'Espagne, il a hérité de la fougue, la passion, les couleurs et le mouvement.

Cadet de 3 enfants, il est issu d'un milieu ouvrier où les valeurs pronées sont la tolérance, la générosité, l'humanisme, le goût du travail bien fait et la famille. Depuis l’âge de 17 ans il partage sa vie avec la peinture. Cet ouvrier de l’imaginaire commence en autodidacte avant de fréquenter durant 10 ans l’atelier de Jean Pierre Hébrard. Il y apprend les bases de la peinture à l'huile et y développe sa propre personnalité picturale. Il entre par la suite à l’école des Beaux Arts de Nîmes et rejoint les cours de dessin d'observation de Véronique Fabre durant trois années.

 

 

En avril 2010, Esteban crée son activité dans les arts graphiques et plastiques pour se consacrer plus largement à la peinture. En août de la même année, il rend hommage à sa grand mère paternelle, Incarnation, qu'il n'a pas connue. Lors d'une exposition, il peint sur place et signe trois toiles du patronyme de son aïeule, Esteban. Il décide alors de se réconcilier avec l'histoire de ses aïeux et de prendre comme nom d'artiste, Esteban Martorell.

 

 

En juin 2011, il entre également dans la collection Philippe et Dominique Tailleur.

 

Cet artiste trouve un " souffle créateur " dans les musées, les galeries, chez les collectionneurs. Il affectione ces lieux d'inspiration, de création. Il considère que c'est dans ces "cathédrales" et au hasard de rencontres que les artistes préparent la peinture de demain. Esteban se nourrit du monde qui l'entoure. Il puise son inspiration dans les scènes de vie quotidienne, du temps qui passe et laisse son empreinte...   

 

 

Laissez-vous porter par votre regard et votre intuition.

Dites-vous que votre coeur a souvent raison...

  

 

 

 

 

" Ne pas suivre à la lettre les couleurs (…) je ne pense pas qu’il faut rendre la réalité, mais une impression de la réalité par son écriture, sa sensibilité (…) mais surtout faire vivre, vibrer sa sensibilité dans l’exactitude de son époque et de son environnement. "

(Philippe Tailleur)

 

 

Accéder à la page facebook : CLIC

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

visiteurs
Merci de votre visite